Fonds pour les prisonniers: les Palestiniens fustigent la nouvelle loi israélienne

Les Palestiniens ont dénoncé aujourd’hui l’adoption par le Parlement israélien d’une loi permettant de geler le transfert à l’Autorité palestinienne du montant des allocations qu’elle accorde aux familles des détenus palestiniens. “C’est une décision dangereuse, un acte de piraterie, un vol qui revient à vouloir supprimer l’Autorité Palestinienne”, a affirmé à l’AFP Saëb Erakat, le secrétaire général de l’Organisation de libération de Palestine (OLP).

“Israël vole les terres et l’argent du peuple palestinien et tout cela résulte des décisions du président américain (Donald) Trump qui soutient Israël”, a ajouté ce haut responsable. Le texte approuvé lundi par le Parlement israélien prévoit que les sommes versées aux détenus palestiniens seront défalquées du montant des fonds qu’Israël prélève au titre de la TVA ou des droits de douanes sur les produits importés par les Palestiniens. Ces fonds sont ensuite reversés à l’Autorité palestinienne. L’Autorité palestinienne présidée par Mahmoud Abbas verse des allocations aux familles de palestiniens détenus par Israël en fonction des peines qui leur ont été infligées par la justice israélienne. Selon un des initiateurs de la loi, Avi Dichter, un député du Likoud, le parti de droite du Premier ministre Benjamin Netanyahu, les sommes versées aux familles représentent 7% du montant du budget de l’Autorité palestinienne, soit 330 millions de dollars par an.

Le ministre de la Défense Avigdor Lieberman s’est félicité du vote de cette loi sur son compte Twitter. “Chaque shekel (la monnaie israélienne) qu’Abou Mazen (Mahmoud Abbas) verse à des terroristes et des assassins seront défalqués automatiquement du budget de l’Autorité palestinienne. La lutte efficace contre les terroristes passe par leur portefeuille, ceux de leur famille et d’Abou Mazen”, a-t-il ajouté. La question des prisonniers est considérée comme très sensible parmi les Palestiniens. La majorité des familles palestiniennes ont eu au moins un proche détenu depuis le début en 1967 de l’occupation israélienne des territoires. Actuellement plus de 6.000 Palestiniens sont détenus dans des prisons israéliennes.

Les responsables israéliens estiment que le paiement d’allocation aux familles de Palestiniens détenus pour des “raisons de sécurité” encourage la violence. Les Palestiniens considèrent les prisonniers comme des “martyrs” de leur lutte contre l’occupation israélienne. Aux Etats-Unis, le Congrès a approuvé en mars une loi gelant une partie de l’aide à l’Autorité palestinienne pour sanctionner le versement d’allocations aux familles de Palestiniens condamnés pour des attentats.

Selon les législateurs américains, ces paiements incitent à la violence et bloquent toute avancée dans le processus de paix, au point mort depuis 2014.

|Formulaires et listes
Faire un don

Votre don à l’AURDIP nous permettra de financer nos activités, d’imprimer des documents, de publier des informations, et de faire campagne auprès des universitaires.
Faire un don

Newsletter