Un syndicat universitaire britannique de plus de 100000 membres recommande la libération d’Imad Barghouti et prend la défense des Palestiniens attaqués

Le syndicat des Collèges et des Universités du Royaume Uni (University and College Union - UCU), qui compte 100 000 membres, est le plus important syndicat et association professionnelle de professeurs, chargés de cours, tuteurs, chercheurs et personnel administratif des établissements d’enseignement supérieur et de la formation continue de tout le Royaume Uni. Ce syndicat a affirmé son soutien aux droits des universitaires palestiniens qui subissent des attaques, dans une motion d’urgence votée à son congrès qui a eu lieu du 1er au 3 juin.

La motion, votée à l’unanimité, signale l’arrestation, la détention et maintenant l’accusation dont fait l’objet l’astrophysicien de renom Imad Barghouti, comme de la répression et des menaces sur le cofondateur du mouvement BDS, Omar Barghouti ; la motion charge le secrétaire général du syndicat de porter l’affaire auprès des autorités britanniques et de l’ambassade israélienne. La motion donne également mission au syndicat UCU de transmettre l’appel de Samidoun à agir pour Imad Barghouti et ses camarades palestiniens emprisonnés, pressant les membres d’écrire aux autorités britanniques et israéliennes en appelant à sa libération.

Le texte de la motion :

Motion de dernière minute du Congrès de l’UCA : Défendre les universitaires palestiniens

Le Congrès note avec consternation que :

  • Le célèbre astrophysicien, le Professeur Imad al-Barghouti a été, pour la deuxième fois, arrêté et placé en détention administrative ; sa mise en liberté a été annulée et il va affronter un procès ;
  • Omar Barghouti, un des fondateurs du mouvement BDS, diplômé de l’université de Tel Aviv, a reçu une interdiction de voyager, généralement considérée comme un pas vers une suppression de ses droits de résidence, selon la menace récemment proférée par un ministre israélien.

Le Congrès condamne ces violations fondamentales des droits humains, donne des instructions au secrétaire général pour qu’il aborde cette question avec le Ministère des Affaires Etrangères et du Commonwealth et avec l’Ambassade israélienne, décide de faire circuler l’appel du Réseau de Solidarité Samidoun des Prisonniers Palestiniens à l’ensemble de ses membres en leur demandant d’écrire à leurs députés et à l’ambassade d’Israël pour appeler à la libération immédiate du professeur Al-Barghouti.

Le Congrès charge aussi le secrétaire général de s’adresser aux autorités israéliennes pour qu’elles cessent de pratiquer la détention administrative.
— 

Barhghouti, un professeur âgé de 54 ans de l’université Al-Qods et ancien employé de la NASA aux États Unis, a été arrêté le 24 avril à un checkpoint de l’armée israélienne alors qu’il se rendait de Nabi Saleh à son domicile à Beit Rima. Il a rapidement été condamné à trois mois de détention administrative. À la suite d’une protestation de scientifiques de renommée internationale, de mathématiciens et d’universitaires, sa détention administrative sans accusation ni procès a été réduite à deux mois, puis sa mise en liberté décidée au bout d’un mois. Le parquet militaire israélien a néanmoins refusé sa mise en liberté et le poursuit maintenant dans le cadre du système judiciaire militaire - où le taux de condamnation des Palestiniens dépasse les 99% - pour ce qu’il a posté sur Facebook, qualifiant ses posts de « provocations ».

« Mon père n’est pas le seul scientifique à avoir été persécuté par l’occupation israélienne. Il y a une guerre contre l’éducation palestinienne. J’espère voir Israël tenu pour responsable de ses actes cruels, à un niveau international » a dit la fille d’Imad, Duha Barghouthi, une jeune fille qui vient de terminer ses études secondaires et dont le jour de la remise des diplômes s’est passé alors que son père était en prison.

Des organisations internationales, des scientifiques et des universitaires ont poursuivi leurs appels à la mise en liberté immédiate de Barghouti et d’autres prisonniers politiques.

Le cofondateur palestinien de BDS, Omar Barghouti, a subi des menaces et des attaques sur ses droits de résidence de la part de personnalités israéliennes haut placées, tant en paroles qu’en pratique, en même temps que le gouvernement israélien faisait passer des tentatives de criminaliser BDS à l’échelle internationale.

L’UCU a une longue histoire de solidarité internationale et de motions importantes de soutien aux droits du peuple palestinien et au mouvement BDS. Il a soutenu le mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions ainsi que le boycott académique et culturel d’Israël. Il a aussi manifesté sa solidarité avec les Palestiniens emprisonnés, dont l’écrivain et universitaire Ahmad Qatamesh. L’UCU a été attaqué par des forces d’extrême-droite pro-occupation, pour ses positions constantes et a gagné en 2013 dans une contestation juridique présentée par un membre pro-sioniste du syndicat et qui a été judicieusement rejetée par les Prud’hommes britanniques.

Le réseau de solidarité des prisonniers politiques palestiniens Samidoun remercie le syndicat universitaire d’être une fois de plus et constamment aux côtés du peuple palestinien pour ses droits et sa lutte pour la justice et la libération. La résolution de l’UCU sur les universitaires palestiniens attaqués est bienvenue et nous nous réjouissons à l’idée de travailler ensemble pour assurer la justice pour les prisonniers palestiniens et pour le peuple palestinien.

|Formulaires et listes
Faire un don

Votre don à l’AURDIP nous permettra de financer nos activités, d’imprimer des documents, de publier des informations, et de faire campagne auprès des universitaires.
Faire un don

Newsletter